Financement

Le contrat doctoral

Vous trouverez de très nombreuses informations sur le contrat doctoral sur le site de l’association des jeunes chercheurs ici et là.

 

Allocations doctorales

un site qui recense beaucoup de financements (allocations, bourses, prix) : iEDU

L’Agence nationale de recherche sur le Sida et les hépatites virales

http://www.anrs.fr/L-ANRS-finance/Appels-d-offres/Allocations-de-recherche

L’ANRS met en place des allocations de recherche dans tous les champs scientifiques qui relèvent de sa compétence : l’ensemble des recherches sur le VIH/sida et les recherches sur d’autres rétrovirus ou infections dès lors qu’elles sont utiles à la compréhension de la physiopathologie de l’infection par le VIH ; l’ensemble des recherches sur les hépatites virales B et C et les co-infections VIH-hépatites.

 

L’Institut Emilie du Châtelet

www.institutemilieduchatelet.org

L’IEC organise le processus de sélection des candidat-es à des allocations de recherche financées par la Région Île-de-France pour soutenir le développement des études menées sur les problématiques du genre dans les établissements d’enseignement supérieur d’Île-de-France. Il décerne chaque année une dizaine d’allocations doctorales (de 2 à 3 ans) et post-doctorales (de 12 à 18 mois). Il soutient de manière équilibrée des projets s’inscrivant dans toutes les disciplines.

 

La Caisse nationales des allocations familiales

http://www.caf.fr/etudes-et-statistiques/jeunes-chercheurs-0

Dans le cadre de sa mission d’encouragement à la recherche, la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) propose deux bourses doctorales. Les projets de thèse doivent porter sur l’un des thèmes suivants :

  • les évolutions des structures familiales ;
  • l’analyse des prestations et des politiques familiales ;
  • l’étude des problèmes sociaux en lien avec la famille.
La Cnaf soutient les projets en lien direct avec ses principales missions :
  • en direction des familles et de leurs enfants : conciliation vie familiale/vie professionnelle, compensation financière des charges de familles, accompagnement des familles dans leur fonction parentale et éducative, soutien des familles vulnérables, relations intergénérationnelles ;
  • dans le domaine du logement : accès et maintien dans le logement, contribution à l’amélioration du cadre de vie et à la lutte contre les logements indécents ;dans les domaines de la solidarité et de l’insertion : handicap, précarité, minima sociaux et accompagnement du retour à l’emploi ;
  • dans le domaine de la gouvernance et gestion interne de la branche Famille : gestion des ressources humaines, performance de gestion et outils, système d’information.

 

Doctorat international en histoire des femmes et de l’identité de genre de l’université l’Orientale (Naples)

http://www.unior.it/index2.php?content_id=2550&content_id_start=2&parLingua=ITA

En collaboration avec : Universidad Autonoma di Madrid, University of Dundee, Université Paris-Nanterre, Université de Rouen, Universität Wien, Università degli studi di Firenze, Università degli studi di Napoli “Federico II”, Università degli studi di Roma “La Sapienza”

Doctorat sur concours avec deux allocations doctorales par an. Critères d’admission : master deux ou équivalence / connaissance de l’anglais et d’une autre langue étrangère (français, espagnol, allemand, chinois ou arabe)

thèmes de recherches :

  • Relations, genre et identités sexuelles : traditions juridiques et culturelles en Europe, Asie et Moyen-Orient
  • Citoyenneté, participation et pratiques légales
  • Hommes et femmes en politique
  • Les familles aux époques modernes et contemporaines
  • Genre, religion et sécularisation
  • Histoire et mémoire ; approche biographique
  • Genre et migrations
  • Le rôle des femmes dans les processus de développement économique
  • La division sexuée du travail : carrière et mobilité sociale
  • Soins et santé : identités et savoirs scientifiques
  • Parité et discrimination positive
  • La statistique et les statistiques de genre : méthodologie et analyse des données

Modalités d’admission :

Étudiants italiens et étrangers : épreuve écrite sur les thèmes du doctorat ; épreuve orale : questions portant sur l’épreuve écrite et sur le projet de recherche développé dans la demande d’admission. Test concernant la connaissance des langues étrangères. Les candidats non-italiens peuvent passer les épreuves écrites et orales dans une des langues des pays auxquelles appartiennent les universités associées au doctorat.

 

DAAD – Office Allemand d’échange universitaires

http://paris.daad.de/bourses_de_recherche_de_longue_duree.html

Ces bourses de recherche ou de complément de formation dans toutes les disciplines sont destinées aux doctorants et aux post-doctorants souhaitant effectuer un séjour de recherche de longue durée en Allemagne dans un établissement d’enseignement supérieur ou un institut de recherche extra-universitaire public ou reconnu par l’Etat allemand. Ces bourses permettent de réaliser :

  • un projet de recherche de longue durée en Allemagne en vue de soutenir la thèse de doctorat dans le pays d’origine ou en Allemagne,
  • un projet de recherche ou un complément de formation de longue durée en Allemagne.

Il est indispensable que les candidats soient en contact avec un enseignant-chercheur de l’établissement allemand d’accueil. Dans le cas d’une cotutelle de thèse, il est demandé de fournir la convention signée par les directeurs de thèse, allemand et français. La durée de la bourse peut aller jusqu’à 18 mois échelonnés sur trois années consécutives. Dans le cas d’un doctorat complet en Allemagne, la bourse est accordée initialement pour une durée d’une année. Elle peut ensuite être prolongée jusqu’à 3 ans et 4 ans dans les cas particuliers.

 

Bourses et aides à la recherche

 

Aides à la recherche sur le terrain de l’IRASEC

http://www.ifre.fr/index.php/actualites/actualites-asie/item/1021-irasec-3-bourses-de-terrain-asie-du-sud-est-2012-2013

L’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine à Bangkok (IRASEC) offre trois bourses (doctorales / post-doctorales) d’aide à la recherche sur le terrain (en Asie du Sud-Est) à compter du 1er novembre 2012. Ces bourses sont attribuées pour une durée de 6 mois non renouvelable.
Le projet de recherche proposé par le/la doctorant(e) doit nécessairement s’inscrire dans la thématique d’un des 4 axes de recherche suivants prioritaires de l’Irasec :

  • Migrations, frontières et territoires
  • Asean et élites nationales
  • État et religion
  • Questions sécuritaires

La bourse de l’Irasec comprend une allocation forfaitaire annuelle de 6 000 € : bourse de 830 € / mois + un billet d’avion Paris – Asie du Sud-Est à hauteur de 1 000 €. Cette bourse est ouverte à des doctorant(e)s et des post doctorant(e)s, âgé(e)s de moins de 35 ans, de nationalité française et inscrit(es) dans une des disciplines suivantes : sciences politiques, anthropologie-ethnologie, sciences économiques, géographie, histoire (contemporaine), sociologie, relations internationales.

 

Bourses d’études de l’école française d’Athènes

http://www.efa.gr/Formation/Bourses/form_bourses_efa.htm

L’EfA attribue chaque année une soixantaine de bourses, pour une durée d’1 à 2 mois, exceptionnellement plus. Sur la durée d’un doctorat, il est possible de bénéficier de deux bourse de l’EfA, pas obligatoirement sur deux années consécutives.

Les candidats doivent être inscrits en Doctorat et poursuivre des recherches nécessitant un séjour en Grèce et se rapportant à l’un des domaines suivants : préhistoire et protohistoire égéenne ; monde hellénique antique, monde hellénique balkanique des époques médiévale, moderne et contemporaine.

 

Bourses de l’École française de Rome

http://www.efrome.it/fr/info/ecole.html

L’École française de Rome propose chaque année des mensualités de bourse, destinées à « assurer l’accueil temporaire de jeunes chercheurs dont les travaux nécessitent un séjour en Italie»  Dans ce contexte, les bourses ont pour mission d’aider les doctorants au cours des premières années de leur travail de thèse.

Les critères de sélection des dossiers sont les suivants :

les candidats doivent soit être inscrits :

  • dans une université française
  • en co-tutelle avec une université française
  • dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche français (École normale supérieure, École nationale des Chartes, École pratique des hautes études, École des hautes études en sciences sociales, Institut d’études politiques, etc.)
  • soit provenir de pays où travaille l’École (Maghreb : Algérie, Maroc, Tunisie ; Balkans : Albanie, Croatie, Serbie, Slovénie).

Les candidats doivent être titulaires de la deuxième année du Master (ou d’une équivalence) et avoir déjà bien défini leur sujet de thèse avec l’aide de leur directeur. La durée de séjour demandée (1 ou 2 mois) doit être en cohérence avec le programme de travail. Le lieu du séjour doit être fonction du programme de travail ; des déplacements à l’intérieur de l’Italie sont admis s’ils sont motivés ; les frais de voyage ne sont pas remboursés.

Le montant de la mensualité s’élève à 900 €, majorés de 400 € pour les boursiers devant se loger hors de Rome durant toute la durée de leur séjour, et pour ceux originaires des Balkans et du Maghreb.

 

Bourses d’études de l’École française d’Extrême-Orient

http://www.efeo.fr/base.php?code=150

L’École française d’Extrême-Orient propose chaque année des bourses d’études. Destinées à de jeunes chercheurs de nationalité française (ou, à titre exceptionnel, de nationalité étrangère) titulaires d’un DEA, d’un doctorat ou de tout autre diplôme reconnu équivalent, elles doivent leur permettre d’effectuer un séjour d’études dans les Centres de l’École en Extrême-Orient. La demande doit être impérativement présentée par une personnalité qui dirige les recherches du candidat pour des recherches relatives aux cultures et civilisations des pays d’Extrême-Orient.
La durée varie de 1 à 6 mois, en fonction du programme de recherche (Les étudiants en Master 2 ne peuvent postuler pour une bourse d’une durée supérieure à deux mois.).

 

Bourses de mobilité pour thèse en cotutelle France-Québec

http://www.consulfrance-quebec.org/Frontenac-bourse-de-mobilite-pour

Le programme FRONTENAC fait partie des programmes soutenus par la Commission permanente de coopération franco-québécoise. Il a pour vocation de favohttp://www.efigies.org/wp-admin/post.php?post=583&action=editriser la mobilité d’étudiants en cotutelle de thèses. Environ dix étudiants français et dix étudiants québécois sont ainsi sélectionnés chaque année et bénéficient d’une aide financière pour leur déplacement et leur séjour au Québec, soit 3 mois de bourse et une somme forfaitaire pour contribuer au frais de voyage pendant trois années consécutives au maximum.

 

Bourses de mobilité pour thèse en cotutelle France-Italie

http://www.universita-italo-francese.org/appel+a+projets-fr-19-programme+vinci.html

L’UFI/UIF poursuit son programme conjoint de soutien à la mobilité des doctorants en cotutelle de thèse, dans le but de développer les échanges scientifiques entre les deux pays. 52 aides à la mobilité, allouées en fonction de la qualité scientifique des candidatures déposées, sont mises à disposition de la façon suivante : 26 aides seront attribuées à des doctorants dont l’Université de première inscription en Doctorat est française et 26 aides seront attribuées à des doctorants dont l’Université de première inscription en Doctorat est italienne. Le montant de chaque aide à la mobilité sera de 4.500 €.

 

Bourses de mobilité (Allemagne) du DAAD

http://paris.daad.de/bourses_de_recherche_de_courte_duree.html

Le DAAD met à la disposition des doctorants et des jeunes chercheurs des bourses de courte durée (1 à 6 mois) destinées à la poursuite d’un projet de recherche ou de perfectionnement, non sanctionné par un diplôme en Allemagne, dans le cadre d’une thèse ou de recherches post-doctorales. Le projet de recherche ou de perfectionnement doit être réalisé au sein d’un établissement d’enseignement supérieur ou d’un institut de recherche extra-universitaire allemand, public ou reconnu par l’Etat allemand. Le séjour en Allemagne est destiné, en principe, à la poursuite des recherches indispensables au projet.

Montant de la bourse : 1000 euros par mois

 

Bourses de mobilité de l’Institut des Amériques

http://www.iedu.asso.fr/index.php?page=accueil&menu_ind=0@?

L’une des vocations de l’Institut des Amériques réside dans le soutien aux jeunes chercheurs préparant une thèse de doctorat portant sur les Amériques ou une partie des Amériques. Ce soutien prend la forme d’une aide aux recherches en cours d’environ 1000€, exclusivement pour un travail de terrain dans les Amériques ou, à titre exceptionnel, dans un pays d’Europe si le travail sur archives l’exige. Cet appel à projets concerne uniquement les doctorants inscrits dans une institution française membre de l’Institut des Amériques.  
Une attention toute particulière sera portée aux projets portés par les étudiants inscrits en deuxième année de thèse et envisageant un séjour de recherche dans l’un des pôles internationaux de l’IdA

 

Bourses de mobilité de l’Instituto Francés de Estudios Andinos (IEFA)

http://www.ifeanet.org/presentacion/candidatura.php

Les bourses IFEA Aides à la mobilité d’une durée de 3 à 9 mois sont destinées aux étudiants de Master 2 Recherche et aux doctorants inscrits en thèse.

Paris 2030

http://www.paris.fr/pro/2d3es-appels-a-projets/paris-2030/appel-a-projets-paris-2030/rub_9770_stand_68912_port_24336

Le programme Paris 2030 s’adresse aux chercheurs dont les travaux contribuent à faire progresser les connaissances sur Paris et aident à esquisser la métropole du futur, le Paris de demain. Riche d’une histoire exceptionnelle et en perpétuelle évolution, la ville de Paris constitue en effet un objet de recherches dans de très nombreux domaines.
La ville de Paris souhaite ainsi tirer parti des capacités d’analyse des chercheurs pour questionner et éclairer sous un jour nouveau les enjeux de demain : histoire et héritages, transformations et diversité sociale, biodiversité et développement durable, mais aussi attractivité scientifique internationale et dynamiques économiques.

Toutes les disciplines sont concernées par ce programme original, initié en 2004 sur proposition du conseil scientifique de la ville de Paris, et auquel une dimension prospective a été donnée depuis 2008. Les recherches interdisciplinaires et les comparaisons internationales avec d’autres métropoles sont encouragées.

Chaque année, entre 6 et 10 projets de recherche d’une durée de deux ans sont soutenus, à hauteur de 40 000 € maximum par projet.

 

Bourse de recherche sur la xénophobie et l’antisémitisme de la ville de Paris

http://www.paris.fr/pro/chercheurs/2d3es-appels-a-projets/bourses-de-recherche-sur-la-xenophobie-et-l-antisemitisme/rub_9587_stand_74301_port_23607

Suivant la recommandation du Conseil du patrimoine, la Ville de Paris a donc créé deux bourses de recherche sur la xénophobie et l’antisémitisme. D’un montant de 15 000€ chacune, elles sont décernées chaque année à un-e candidat-e français-e et un-e candidat-e étranger-e s’étant distingué-e par la qualité de son projet de recherche.

 

Bourses doctorales de la fondation Médéric Alzheimer

http://www.fondation-mederic-alzheimer.org/Nos-Actions/Soutien-a-la-recherche/Bourses-doctorales-2012

La Fondation Médéric Alzheimer attribuera en 2012 quatre bourses doctorales d’un montant de 10 000€ chacune. Ces bourses, renouvelables une fois, sont ouvertes aux doctorants en sciences humaines et sociales (anthropologie, démographie, droit, économie, philosophie, psychologie, sciences du langage, sciences politiques, sociologie) et en santé publique, dont les travaux portent sur :

  • les enjeux de société induits par la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées
  • l’amélioration de la qualité de vie des personnes malades et de leurs aidants familiaux, bénévoles ou professionnels

 

Bourses du comité pour l’histoire de la poste

http://www.leportaildutimbre.fr/af/laposte/actualites/phil@newsAffichageArticle.do;jsessionid=74D97F2325C80880D37D30F8838A85A4.node3?articleOID=294459

Le CHP attribue chaque année des bourses d’études aux étudiants et chercheurs universitaires pour des travaux relatifs à l’histoire de La Poste. La Commission scientifique du CHP sélectionne les candidats sur présentation d’un projet de recherche pour l’obtention d’un Master ou d’un doctorat et favorise des travaux post-doctoraux. Des exemples de thèmes sont présentés sur le site Web du CHP.

Le CHP accorde des aides à des recherches académiques pluridisciplinaires portant sur l’histoire de La (ou des) Poste(s) ou des PTT, de leur place dans la société, depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours. Le montant annuel de l’aide pour les jeunes chercheurs est comprise entre 2.500 € à 5.000 €.

 

Prix et récompenses

 

THÈSES

Prix de la ville de Paris pour les études genre

http://www.paris.fr/pro/chercheurs/2d3es-appels-a-projets/prix-de-la-ville-de-paris-pour-les-etudes-de-genre/rub_9587_stand_75217_port_23607

Depuis 2006, avec le Prix de thèse sur les Etudes de Genre, la Ville de Paris encourage la recherche sur les relations femmes/hommes. Afin de promouvoir les politiques d’égalité et contribuer à la diffusion des connaissances sur ces sujets, la Ville de Paris, en partenariat avec l’Institut Emilie du Châtelet, décernera cette année le prix à deux lauréat-es récompensant les travaux de thèses réalisés dans un établissement parisien traitant des questions de genre.

Deux prix de 5000 euros chacun

 

Prix Observatoire Nivéa-CNRS

http://www.observatoirenivea.com/evenement_article.aspx?Doc=147

Ces prix (2) ont pour objet de récompenser deux doctorants dont le sujet de thèse aborde la thématique générale suivante : la construction du paraître dans la société. L’image du corps prend une importance qu’elle n’avait pas avant. Les individus, les modes de vie et la société dans sa globalité donnent au paraître un rôle clé dans la construction de l’individu et de son image. Car paraître, c’est aussi construire son identité. La peau et le corps deviennent alors des outils de construction du soi. Vêtements, maquillage, coiffures, parures, tatouages, implants, alimentation, chirurgies, vieillissement, contraintes de l’environnement, & autant de modifications subies ou choisies qui construisent l’apparence. La demande de beauté, de santé et de bien-être allant croissant, la construction d’un corps à soi, reflet de son être, devient un enjeu de société.

Les postulants doivent être des doctorants dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales ou s’inscrivant dans une perspective interdisciplinaire comme l’écologie corporelle, la relation entre le corps et son environnement, la biologie.

 

Prix international Holberg

http://www.holbergprisen.no/en/nomination.html

Le prix 2013 doit récompenser une contribution exceptionnelle dans les domaines des arts, sciences humaines, des sciences sociales, du droit et de la théologie.

 

MÉMOIRES

Prix de la Cnaf – meilleur mémoire de master recherche

http://www.caf.fr/etudes-et-statistiques/jeunes-chercheurs-0

Dans le cadre de sa mission d’encouragement à la recherche, la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) propose deux prix du meilleur mémoire de recherche. Les mémoires doivent porter sur l’un des thèmes suivants :

  • les évolutions des structures familiales ;
  • l’analyse des prestations et des politiques familiales ;
  • l’étude des problèmes sociaux en lien avec la famille.

montant des prix : 7 000 euros pour le premier et 5 000 euros pour le second

 

Prix Mnémosyne

http://www.mnemosyne.asso.fr/index.php?page=prix-mnemosyne

Le prix Mnémosyne a été créé par l’Association pour le développement de l’Histoire des femmes et du genre. Décerné chaque année, il couronne le mémoire de maîtrise ou de master de langue française d’une étudiante ou d’un étudiant dont les travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre en France ou à l’étranger.

Le montant du prix est de 800 euros. Par ailleurs, l’association encourage la publication du mémoire et depuis 2006, les mémoires sont publiés aux Presses universitaires de Rennes.

 

Prix Jean Maitron

http://www.sorbonne.fr/actualites_sorbonne-175-hp.html

Chaque année depuis sa création en 1989, à l’initiative de l’UNSA Education (ex Fédération nationale de l’éducation), le prix Jean Maitron récompense le mémoire de master ou de maîtrise d’un étudiant en sciences sociales dont les travaux prolongent l’œuvre de Jean Maitron, instituteur syndicaliste puis maître de conférences à Paris 1, créateur du Centre d’Histoire sociale et initiateur de la rédaction du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

 Le mémoire participant doit avoir été soutenu dans une université française au cours de l’une des deux années universitaires précédentes et porter sur l’un des thèmes suivants (liste non restrictive) :

  • le monde ouvrier
  • le monde populaire
  • le syndicalisme sous ses différentes formes (ouvrier, employé, enseignant, etc.)
  • les associations
  • le féminisme
  • la Résistance
  • l’anticolonialisme
  • l’éducation populaire et l’action culturelle
  • les coopératives, les mutuelles, la Sécurité sociale
  • le sport ouvrier et populaire
  • les engagements intellectuels en rapport avec le mouvement social
  • santé et mouvement social (hygiénisme, planning familial, maladies professionnelles, accidents du travail, etc.)
  • la solidarité internationale (guerre d’Espagne, tiers-mondisme, guerre du Vietnam, etc.).

 

Prix Dix-huitième siècle

http://sfeds.ish-lyon.cnrs.fr/vie/annonceprix.html

Le Prix est ouvert à tout étudiant (de nationalité française ou étrangère) ayant soutenu un premier mémoire universitaire (BAC + 4 ou 5, université française ou étrangère) écrit en français, portant tout ou partie sur le dix-huitième siècle, quelle que soit sa discipline.

 

Prix de la Fondation Res Publica

http://www.fondation-res-publica.org/Prix-de-la-Fondation-Res-Publica-1ere-edition_a669.html

La Fondation Res Publica attribue un Prix récompensant un travail universitaire de type mémoire (50 à 70 pages), sur le thème de «L’idée républicaine» (perceptions et représentations et/ou actualité des valeurs républicaines). Ce Prix s’adresse aux étudiants de niveau Master 2 ou en voie doctorale, en science politique, histoire contemporaine, économie, relations internationales, sociologie etc. Un jury, composé de membres du Conseil scientifique (universitaires, ambassadeurs, économistes…) est chargé de la lecture des travaux.

Le lauréat se verra remettre un chèque de 2 000 euros ainsi que la publication et la diffusion éventuelles de son mémoire. Une synthèse (5 pages environ) pourra également être publiée sur le site Internet de la Fondation Res Publica dans le cadre de ses notes et études.